Bernard de Montréal

Richard Glenn

La conscience (2ème partie)


Richard Glenn :
2ème partie avec Bernard de Montréal, Novembre 1983 au Cégep Maisonneuve, et le titre était et est toujours : La conscience…. Qui Bernard de Montréal peut savoir qu’un être est prêt ou n’est pas prêt, à accéder à une certaine étape dans son évolution ? On a passé la période d’involution, on se prépare à une période d’évolution, est-ce que tout le monde est prêt à passer l’évolution ?
Et ceux qui ne sont pas prêts ? Est-ce une question de conscience ?

Bernard de Montréal :
Ceux qui sont prêts, ceux qui sont prêts à passer à l’évolution sont des êtres qui déjà ont atteint un certain niveau d’évolution, pour passer de l’étape de l’involution à l’évolution, il faut que l’âme de l’être humain ou que son esprit, renouvelé si vous voulez, soit suffisamment évolué pour subir le choc que crée la descente de l’Energie dans cet esprit-là, le problème de l’évolution c’est un problème de choc, j’ai… trop peu a été expliqué dans le passé concernant le choc, qu’est-ce que c’est le choc ? Le choc de l’énergie, le choc de la conscience, crée dans l’être humain une transmutation, et il y a des humains qui sont capables de subir ce choc-là, de l’absorber ce choc-là, et ceux qui sont capables ou qui ont la force morale, mentale, émotionnelle, de subir ce choc-là que crée l’énergie lorsqu’elle descend, automatiquement connaîtront d’autres niveaux de conscience, s’ajusteront à l’Energie et entreront dans cette phase qui est indéfinie, qui est sans fin, qu’on appelle la Conscience Supramentale.

Richard Glenn :
Et les autres ?

Bernard de Montréal :
Les autres devront retourner au monde de la mort, ils seront obligés de retourner au monde de la mort pour parfaire leur expérience, pour en revenir un jour pour pouvoir subir ce lien, cette fusion ou ce choc avec l’Energie, parce que dans la nouvelle évolution, même si le nombre d’humains sur la Terre serait très minime, comparé avec la planète, ceux qui vivront de cette Energie, qui seront dans le pouvoir de cette Energie, vivront totalement en séclusion de l’humanité - (Séclusion : Adaptation physiologique par laquelle un humain, un animal ou une plante s'isole du milieu, empêchant passivement les actions défavorables de s'exercer sur lui) - ils ne vivront pas avec l’humanité, d’abord à cause de leur pouvoir sur la matière, à cause de leur science, à cause de leur définition vis-à-vis de l’évolution future, les peuples, les nations d’aujourd’hui, les cultures d’aujourd’hui doivent être éventuellement homogénéisées, dans le sens que les différences catégoriques et psychologiques des différentes cultures, des différentes races, des différentes nations, doivent être dotées d’un dénominateur commun, pour que le chinois, le russe, le sud-américain, l’américain, l’allemand ainsi de suite, le japonais, tout, pour que tous les peuples puissent avoir une conscience suffisamment homogène de leur humanité, il faut qu’il y ait des Forces sur la Terre qui puissent leur donner cette conscience.

Par exemple : Si on parle souvent du Messie ou de cet Être qui vient à la fin du cycle, pour… de cet Horus moderne si vous voulez, quelle est la fonction de cet être ?
La fonction de cet être sur le Plan Cosmique, sur le plan d’évolution de la Terre, c’est de créer, de donner une force, une puissance de conscience suffisante à l’humanité, pour que les nations puissent se joindre, les nations ne peuvent pas se joindre si l’humain fonctionne au niveau de son Ego, au niveau de son esprit de son Ego, il faut qu’il y ait une troisième force, qui vienne bousculer les choses, arrêter certaines choses, accélérer d’autres choses, pour créer une cohésion chez l’humain, et ça c’est une des fonctions de cet Être-là, et c’est une fonction qui n’est pas unilatérale, parce que cet être-là ne travaillera pas seulement seul.

Il travaillera avec un groupe d’êtres humains, il travaillera avec un groupe d’individus ou d’intelligences qui, à cause du fait, que l’être humain sera passé de l’involution à l’évolution, à cause du fait que l’être humain sera prêt émotivement à regarder les étoiles, à cause du fait que l’être humain sera capable maintenant, de recevoir sur sa planète des intelligences qui sont plus avancées que lui-même, mais avec lesquels il peut coordonner, donc tout ce travail global permettra de créer sur la Terre, au niveau des nations unies, au niveau des peuples un centre d’énergie suffisamment puissant pour projeter les nations d’aujourd’hui sur une nouvelle ligne d’évolution, mais le pouvoir sera sur la Terre, quand je dis le pouvoir, je dis le pouvoir de cet Être-là, il sera sur la Terre, il sera absolu, et les peuples, les nations, les chefs de gouvernement seront obligés d’écouter, et c’est à partir de ce moment-là que ce créera l’âge d’or, c’est évident que l’âge d’or ne peut pas être créé à partir simplement du désir humain, tous les humains veulent la paix. Tous les humains ! Les Anglais veulent la paix, les Français veulent la paix, les Arabes, les Russes les Américains veulent la paix, mais personne ne veut la paix !
Tout le monde veut la paix dans ce sens que tout le monde opte intelligemment pour la paix, mais les Forces Astrales dans l’être humain sont tellement puissantes que l’intelligence de l’être humain est brimée par ces Forces-là !

Moi je vais vous dire un… je vais vous dire un de mes plus grands désirs, si vous voulez, pour l’être humain, c’est qu’un jour, les psychologues, les psychiatres, surtout eux, parce que ce sont ces êtres-là qui travaillent avec le mental humain, l’émotion humaine, un de mes plus grands désirs c’est qu’un jour la psychologie et la psychiatrie et surtout la psychologie, soit suffisamment mûre autrement dit suffisamment libre dans l’Ego, suffisamment "déconstipé", suffisamment libre des écoles de pensées, pour pouvoir commencer à regarder ce que les ésotéristes ou les occultistes expliquent de l’être humain. Si les psychologues - et éventuellement il y en a individuellement qui le font, ils le gardent à couvert si vous voulez – mais, si les psychologues un jour ou les associations de psychologues, commencent à étudier avec des occultistes, autrement dit avec des gens qui ont une vision particulièrement marginale de la nature des mécanismes de l’esprit, de la pensée, de la nature des mécanismes de la petite voix qui trouble l’esprit, ainsi de suite, alors ces êtres-là qui sont très stables, qui peuvent travailler avec des êtres qui ont une profession occulte, qui sont aussi très stables, la liaison qui se ferait entre ces deux niveaux si vous voulez, d’intelligence et d’intuition, produirait énormément de fruits dans une société où l’être humain demain aura besoin des services très intelligents, très intuitifs de ces psychologues.

Parce que plus le temps avance, plus la pression astrale contre l’être humain devient grande, donc plus l’être humain souffre, plus l’être humain craque, ce n’est pas… ce n’est pas... quand l’être humain devient fou, ce n’est pas son esprit qui devient fou, ce sont ses émotions et ses pensées qui ne sont plus harmonisées, la folie existe simplement en tant que symptôme, pour l’esprit, ce n’est jamais l’esprit qui est fou, ce sont les mécanismes psychologiques de l’Ego, au niveau du mental et au niveau de l’émotion qui crée un scream ! (un cri) qui crée du brouillard, donc l’esprit n’est plus capable de communiquer avec l’Ego, donc il y a une scission, il y a ce qu’on appelle la folie, et un jour si les psychologues sont capables de comprendre ce jeu-là, à une échelle suffisamment large, s’ils sont suffisamment ouverts d’esprit pour comprendre des choses qui ont, pendant des siècles été données à l’être humain, mais qui ont été cachées dans des écoles ésotériques, il y a beaucoup de gens dans le monde qui pourront faire référence à ces écoles, et aller chercher de l’information nécessaire pour pouvoir briser sur eux-mêmes le pouvoir Astral qui devient très, très fort, et qui va devenir de plus en plus fort jusqu’à temps qu’il soit totalement brimé et arrêté à la fin du cycle, par ce qu’on appelle les Forces de Lumière ou des êtres comme ce Horus moderne qui travaillera avec d’autres intelligences pour établir sur la Terre, un gouvernement à la fois puissant, occulte et invisible, pour aider à la gestion des affaires de l’humanité, de la science, de l’économie, de la politique de l’humanité, parce que les humains, même aujourd’hui, ne sont plus capables de conférer entre eux autour d’une table ronde avec l’Intelligence, il y a beaucoup trop d’astralité dans l’Ego, dans l’individu, et l’Ego n’en est pas responsable, l’Ego n’en est pas conscient, il en est simplement victime .

Je faisais des… je faisais… je faisais l’expérience avec un type qui travaille pour la NASA, en lui demandant pourquoi il travaillait pour la NASA, pourquoi il travaillait au développement de technologies dangereuses pour l’être humain, et puis son argument logique, intelligent et rationnel c’était pour la sécurité du monde Occidental, pour la sécurité nationale des Etats Unis, ça c’est l’Ego ça, bon, mais ensuite je disais : « D’où viennent tes idées, d’où viennent pensées, d’où ça vient ? » et il me disait : « Ça vient de moi » et je disais : « Va dans ta tête et demande d’où viennent tes idées » et vous savez la réponse qu’il m’a donnée ?
Il était très gêné, la réponse qu’il m’a donné : il m’a dit « Mange de la merde ! » (amusements dans la salle) et là, il s’est repris, et il m’a dit : « C’est pas moi qui t’as dit ça ! » j’ai dit : « Non, c’est pas toi… » Maintenant j’ai dit : « Demande qui ? » et on a fait le processus de l’origine de sa pensée, et il s’est aperçu que ses pensées, créatives, mécaniques, rationnelles, nationalistes vis-à-vis des armements et tout ça, venaient d’un certain plan de l’Astral, depuis ce temps-là, le type ne travaille plus pour la NASA. Alors, si vous considérez que dans le monde de la science, dans le monde des armements, dans le monde de la destruction, les humains sont "infusés" de pensées, et qu’à l’intérieur des pensées qu’ils reçoivent, ils ne peuvent plus à un certain moment, distinguer les pensées créatives qui viennent de leur intelligence, avec les pensées suggestives qui viennent d’autres intelligences, c’est la situation astrale de l’humain aujourd’hui…

Richard Glenn :
Mais si ce type-là était un spécialiste, heu je ne sais pas trop moi, de la mise en orbite d’un satellite, s’il ne travaille plus pour la NASA, il ne travaille plus.

Bernard de Montréal :
Pardon ?

Richard Glenn :
Parce qu’à part la NASA il n’y en a pas d’autres qui mettent des satellites en orbite.

Bernard de Montréal :
La NASA ne fait pas simplement des travaux pour …

Richard Glenn :
Non, non, je donne un exemple, autrement dit, quelqu’un qui se conscientise à un moment donné…

Bernard de Montréal :
Un humain qui se conscientise à un moment donné est obligé de travailler, d’utiliser des pensées créatives, il ne peut pas ne pas utiliser de pensées qui ne sont pas créatives, il ne peut pas utiliser de pensées qui sont suggestives, le problème de l’être humain c’est qu’il n’est pas capable de faire la différence, il n’a pas le discernement si vous voulez, entre une pensée qui est créative et qui est sienne, et une pensée qui est subjective, et qui n’est pas sienne . Il y a dans l’être humain une polarité, il y a ce qu’on appelle le bien et le mal, le bon et le mauvais, il y a des pensées de basses vibrations, il y a des pensées de hautes vibrations, il y a des pensées de haute spiritualité, regardez le curé d’Ars : Combien les saints ont soufferts toute leur vie avec la polarité de leurs pensées, une minute ils étaient en état d’extase et la minute d’après ils étaient en contact avec ce qu’ils appelaient en ce temps-là le Satan, le satanisme… donc l’être humain dans un cadre plus moderne, n’est pas en contact nécessairement avec le satanique comme on en parlait dans le temps, mais il est en contact avec des plans d’énergie qui devront être un jour utilisés constructivement et compris, constructivement par les psychologues, les psychologues en tant qu’éducateurs de la formation psychologique de l’humain, en tant que personnage cherchant à maintenir un équilibre chez l’individu, ont le droit et ils ont aussi le devoir de reconnaître toutes les frontières de l’être humain,

Vous savez Freud, Freud il est vieux de quelques années, Jung, l’école béhavioriste, alors… la psychologie c’est une science qui est totalement neuve, si l’humain aujourd’hui, réalise au niveau de la matière, que la matière est infinie, imaginez-vous l’esprit de l’être humain…
Donc, nous ne pouvons pas en tant que psychologues, nous permettre d’arrêter nos recherches et de fermer la porte à la pensée marginale qui nous tracasse, parce qu’elle n’est pas scientifiquement mesurable, qu’on appelle l’ésotérisme ou l’occultisme ou les sciences un peu plus philosophiques , un peu plus cachées, qui dans le passé étaient cachées mais qui maintenant sont dans le public, et c’est un signe de maturité, un signe de puissance mentale, mais il faut être averti, il faut être délicat dans le processus d’observation, de recherches, il ne faut pas être trop, trop pris par l’imagination, c’est très, très délicat, vous avez des hommes comme Steiner, qui ont fait des études profondes dans les domaines des mondes supérieurs, et qui ont réalisé l’importance de faire attention, de faire attention et de faire attention, parce que l’être humain est un être qui est confondu par, ce que moi j’appelle le Mensonge Cosmique, qui est quoi ? Qui est l’organisation psychologique, verbale, symbolique, de toute l’institutionnalisation de la pensée humaine sur le Plan Astral, versée dans le cerveau de l’humain, pour le maintien sur la Terre de l’ignorance.

Donc l’être humain aujourd’hui qui est prêt, qui est capable, qui a l’esprit solide, qui a un bel esprit, comme ces hommes de science, se doit d’explorer avec d’autres personnes qui sont dans d’autres lignes d’activités et de recherches, les aspects extrêmement profonds et extrêmement voilés de la nature humaine, parce que plus les années viennent plus il y aura de folie, je l’ai dit il y a 4 ans (cette conférence date de 1983), la folie de la fin du cycle, ce sera la maladie la plus grave, la plus évidente, et ce sera dans les sociétés où il y aura le plus de compression, les Etats Unis, ainsi de suite en Europe, et lorsque viendra ce resserrement chez l’être humain, il faudra que l’être humain soit suffisamment fort, l’être humain, l’individu, parce que moi je considère toujours l’être humain en tant qu’individu, non pas en tant que collectivité, il faudra que l’être humain soi suffisamment fort , solide pour voir ce serrement dans le monde, sentir ce serrement dans le monde mais lui, ne jamais se sentir serré, donc ceci demande de la conscience, donc ceci demande de l’intelligence créative, et l’intelligence créative pour qu’elle soit puissante chez l’être humain, il ne faut pas qu’il y ait trop d’influences astrales sur son esprit, sur son intelligence, et pour éliminer cette influence astrale qui est rampante et qui devient de plus en plus pressante, il faut absolument que l’être humain commence à réaliser qu’il y a en lui de la Lumière, c’est-à-dire qu’il y a en lui de l’intelligence, mais de l’intelligence qui ne doit pas être bafouée, qui ne doit pas plier sous la pression extérieure des normes sociales, des normes philosophiques, des normes culturelles, un individu ne peut pas se permettre de plier le roseau, parce que le vent autour de lui, le vent social va contre sa verticalité !

On parle dans les constitutions des peuples, de la liberté de penser, donc la liberté de penser veut dire quoi ? La liberté de penser veut dire la liberté de penser pour soi-même, la liberté de pouvoir penser pour soi-même, un humain doit avoir le pouvoir, le droit de penser pour lui-même, si on enlève à l’humain le droit de penser pour lui-même, ce n’est plus un être libre et l’institutionnalisation de ces principes constitutionnels n’est qu’une farce ! Alors il y a dans le monde des esprits, il y a des humains dans le monde qui combattent pour ceci, ils combattent à différents niveaux, il ne s’agit pas de combattre contre l’humain, il s’agit de combattre contre les forces dans l’être humain, qui sont anti-humains !
Et c’est ça, nous sommes rendus à ce stage aujourd’hui, c’est pour ça que moi en entant qu’individu, je ne me préoccupe pas de l’humanité dans sa généralité, parce que l’humanité doit vivre son karma, l’humanité doit vivre son expérience, il y a trop de mémoire dans l’âme de l’humain, je me préoccupe simplement des humains sur la Terre qui ont une conscience ou qui ont la vibration pour aller plus loin que la conscience psychologique, afin de rentrer dans la Conscience Pure, afin de rentrer dans l’Intelligence Pure, et je parle, j’explique, et ceux qui peuvent comprendre éventuellement ce que je dis, parce que déjà ils le saisissent en eux-mêmes, déjà ils rentrent dans leur intelligence, les humains ne peuvent pas indéfiniment suivre des humains qui jettent de la lumière, les humains doivent éventuellement pouvoir de par leur propre intelligence, aller dans le monde, aller dans leur direction, sûrs, certes avec la certitude de leur propre lumière, le grand Steiner le disait lorsqu’il disait : « Lorsque l’être humain passe le seuil, passe le point dans sa vie, ou le gardien du seuil lui cache la réalité, il faut qu’il entre derrière le seuil avec sa propre lumière » parce qu’il n’a plus à ce moment-là le support des êtres spirituels.

Donc, lorsque l’humain n’a plus le support des êtres spirituels qui sont sur des hauts plans astraux et qui travaillent pour l’évolution spirituelle de l’humain, qu’est-ce qu’il fait ? Qui est-t-il ? De quel support peut-il vivre ? Il ne peut vivre que du support de sa propre lumière ! C’est la nouvelle évolution, à ce moment-là, qu’il se passe quoique ce soit dans le monde, l’être humain est autonome, il est centrique, il est libre, mais libre non pas comme nous le pensions dans le passé, non pas libre philosophiquement, ou non pas libre dans l’espoir d’avoir une certaine capacité d’être psychologiquement verbose mais libre dans le sens qu’il se sait, il sait où il en est vis-à-vis de lui-même, donc il sait où il en est vis-à-vis de l’humanité et s’il rencontre des humains dans le monde qui sont dans cette même vibration, ils formeront ces êtres-là, une 6ème race racine, automatiquement.

Richard Glenn :
Est-ce que l’âge a à voir avec cette évolution-là ?

Bernard de Montréal :
Oui, très définitivement, parce que je suis convaincu que pour absorber cette énergie qui change les neurones du cerveau, qui altère la personnalité, qui transforme l’être, qui le fait passer su stage de la personnalité au stage de la personne, il faut avoir les reins solides, il faut avoir un bon cœur, avoir de bons organes, donc il faut avoir un âge où l’humain biologique est suffisamment solide, pour absorber cette énergie et aller plus loin, parce qu’éventuellement l’être humain dépassera les limites catégoriques de spacio-temporalité, donc l’humain dans le rêve, lorsqu’il rêve, vit l’expérience des limites de la spacio-temporalité, mais il ne les vit pas en fonction de son Ego, il les vit en fonction des images qui font partie de la mémoire universelle de l’humanité, le rêve fait parti des images qui font partie de la mémoire universelle de l’humanité, donc l’être humain ne vit pas en dehors de sa conscience, au niveau de son Ego, autrement dit il ne vit pas en dehors de sa conscience, consciemment, mais l’humain de demain devra vivre en dehors des limites du territoire psychologique maintenu stable par les sens, de cette spacio-temporalité, donc il sera obligé d’être capable de se déplacer dans un autre espace-temps, dans un monde parallèle, avec d’autres mondes, d’autres structures , d’autres Lois, et il lui faudra revenir dans le monde matériel pour continuer à travailler sur le plan matériel, donc il sera obligé de vivre une vie à double image, une vie à l’intérieur de laquelle il ne vit que sa morontialité, et une autre vie dans laquelle il vit sa mortalité, jusqu’au jour où il ne vivra plus sa mortalité parce qu’il aura fini son travail de morontialité planétaire, pour entrer dans une morontialité cosmique ou interplanétaire, donc l’être humain n’a plus le choix à ce stade, il n’est plus capable de vivre ses deux vies d’une façon parallèle sans être sur le plan matériel, physique, biologique, extrêmement solide.

L’être humain c’est un être total, moi j’ai vécu cette énergie et je sais combien elle peut pousser, et pousser, et pousser, et pousser et pousser et pousser l’être humain ! Et lorsque l’être humain croit qu’il a été poussé jusqu’au bout, elle le pousse encore et encore, jusqu’au jour où l’être humain est suffisamment puissant dans sa conscience, dans sa réalisation, dans sa maîtrise de l’énergie pour la contrôler, à ce moment-là l’être humain termine son initiation, il met fin à cette domination extraordinaire de la Lumière en lui, et il devient lui-même un être créateur, c’est pour cela que l’évolution de la Conscience Supramentale, la fusion, appelez ça comme vous voulez, cette nouvelle transformation de l’être humain ne pourra être vécue que par un petit nombre d’humains sur la Terre au début de ce cycle, j’en suis absolument convaincu, et les autres humains devront continuer, il est évident que les humains participeront à différents aspects ou différents effets de la conscientisation de la Planète, et certains seront spirituellement heureux de l’évènement, certains mourront du choc de l’évènement, mais au moins ils auront enregistré dans leur mémoire quelque chose, donc rendus dans le monde de la mort ils seront préparés, ils pourront plus facilement reconnaître les droits de l’être humain à la vie matérielle, parce que le problème dans le monde de la mort c’est que les êtres qui sont là, veulent revenir dans le monde matériel, mais on ne leur permet pas le droit de reconnaître leur droit à ce retour dans la matière.
Pourquoi ?

Parce que dans le monde matériel, les lois sont absolument anti-lumière, ceci veut dire que dans le monde matériel les lois sont établies et les ordres et l’organisation psychologique des mémoires, est fait de telle sorte que, aussitôt qu’un esprit ou qu’une âme revient dans ce monde, elle est régie par la hiérarchie de ces mondes et la hiérarchie qui régit le monde Astral, c’est une hiérarchie qui est automatiquement Luciférique, et quand je dis Luciférique je ne veut pas dire Luciférique dans le sens moral chrétien du terme, Luciférique veut dire Lumière, mais la lumière astrale est tellement puissante que les êtres ou les âmes qui sont régis par cette lumière, ou qui ont régis par l’absence de cette lumière, sont incapables de voir que cette lumière n’est qu’une luminosité, qu’elle n’est pas réellement , qu’elle ne fait pas partie réellement de ce qu’on appelle le Rayon de la Création, donc l’être qui est mort est un être qui est absolument temporalisé, il est absolument prisonnier du monde du temps - comme l’humain sur le plan matériel est absolument prisonnier du monde de la matière - dans la nouvelle évolution il y a un renversement des rôles, l’humain de la matière est libéré du monde de la matière à cause de sa morontialité, et le monde de la mort est libéré du cocon du temps, donc il sera possible à l’être humain qui est mort, de revenir dans la matière lorsqu’il sera connu dans ces plans ou que ces plans seront ouverts par des initiés, leur laissant savoir que dans telle partie de la Terre, dans telle nation, dans telle culture, il y a suffisamment de Lumière pour absorber leur mémoire afin de la transformer, pour que plus tard chez eux aussi il y ait fusion et ainsi de suite .

Richard Glenn :
C’est ce qu’on appelle dans les textes religieux la résurrection des corps.

Bernard de Montréal :
Ce que vous appelez dans les textes religieux la résurrection des corps, veut dire la raréfaction de la mémoire, l’élimination de la mémoire, permettant à l’âme de devenir pur esprit.
L’âme devenant pur esprit, l’être humain est un être morontiel, étant un être morontiel, il est automatiquement en résurrection parce qu’il a le pouvoir sur la matière.
Dans les canons ésotériques, occultes, chrétiens, ésotériques des religions, on parle toujours à l’être humain pour flatter son imagination, pour adoucir ses mœurs, pour donner à son émotion une certaine stabilité par la voie du désir spirituel de l’espoir, mais dans la réalité cosmique les choses ne se passent pas ainsi, dans la réalité cosmique l’être est obligé de comprendre les Lois de la Vie qui sont les lois de cette Energie, afin de briser les lois de la mort, donc qui font partie de sa façon de penser, donc qui font partie de ses attitudes, donc qui font partie de sa personnalité, pour en arriver à détruire complètement le pouvoir de la personnalité sur l’Ego, afin d’engendrer le pouvoir de la personne sur son Ego ! Donc lorsque l’être humain est dans sa personne il le sait, un humain qui est dans sa personne, il le sait, étant dans sa personne il est dans son esprit, étant dans son esprit il est en communication avec cette Energie, donc ensuite il a morontialité et il fait partie de ce groupe d’humains qui auront le pouvoir sur la mortalité éventuelle.

Richard Glenn :
Mais pouvez-vous bien me dire, qu’est ce qu’il y a dans la matière qui n’est pas de l’Esprit ?

Bernard de Montréal :
Il n’y a rien dans la matière mon cher qui ne soit pas Esprit, l’esprit est partout dans le cosmos, le cosmos est Esprit, les différents plans du cosmos sont esprit, tout est esprit, je vais vous dire quelque chose concernant l’esprit. Pour nous, l’esprit est un mot, parce que nous ne sommes pas des scientistes, nous n’avons pas la science de l’esprit, c’est-à-dire que nous n’avons pas la science de la Lumière, c’est-à-dire que nous ne sommes pas Lumière, si nous étions Lumière nous aurions la science de la Lumière donc nous comprendrions parfaitement les Lois de l’Esprit, c’est-à-dire que nous comprendrions parfaitement les Lois de la relation entre la Lumière sur les plans plus infinis, c’est-à-dire la Lumière libre, c’est-à-dire l’énergie indifférenciée et les plans construits, où la lumière n’est plus libre, donc l’Esprit c’est une Lumière, et l’Esprit est plus ou moins organisé, plus ou moins développé, dans le cas de l’humain l’esprit est très développé, dans le cas des Hiérarchies, l’esprit est extrêmement développé, donc l’esprit existe sur tous les plans de la création.

Le verre, la table, c’est de l’esprit, mais chez l’être humain l’esprit est réflectif, c’est-à-dire que chez l’humain l’esprit est capable de se servir de la mentalité, c’est-à-dire de la mémoire pour créer dans l’expérience humaine à travers des sens, une action, cette action fait partie du domaine de l’esprit, fait partie de l’expérience de l’esprit, mais ce n’est pas assez, parce que l’esprit ne veut pas agir dans la matière par réflection, l’esprit veut agir dans la matière par imposition, par interpénétration, l’esprit de l’être humain veut commander à la matière pour que l’être humain puisse sur le plan matériel, sur le plan sensoriel, sur le plan de la matière, élever la vibration de la matière, autrement dit la spiritualité, autrement dit donner à la Terre une science qui est Cosmique, comme la science qui fait partie des êtres qui viennent des autres espaces, et pour que ceci se fasse sur la Terre, il faut qu’il y ait une conjonction entre l’Ego, l’esprit et la Lumière, il faut qu’il y ait une conjonction entre l’Ego, l’esprit et la lumière ! La Lumière ce n’est pas de l’Esprit, la Lumière c’est de l’Energie, l’Esprit ce n’est pas de l’énergie, l’Esprit c’est la Lumière emmagasinée dans une forme, l’Ego ce n’est pas de l’énergie dans l’esprit, l’Ego c’est la manifestation de l’esprit à travers un plan d’énergie qu’on appelle le mental, l’Ego c’est quelque chose qui est fait d’une capacité réflective dans une partie quelconque du cerveau, donc l’Ego c’est quelque chose qui existe à la fois sur le plan occulte de l’être humain qu’on appelle le mental, et qui existe aussi sur le plan matériel de l’être humain qu’on appelle le cerveau, donc l’Esprit doit utiliser à la fois le plan subtil de l’énergie du mental, en conjonction avec l’organisation cellulaire du corps physique sur le plan physique, pour pouvoir pénétrer la matière, l’esprit veut descendre dans la matière ! L’esprit doit descendre dans la matière parce que ça fait partie des Lois de l’Esprit, ça fait partie des Lois de l’Esprit la descente dans la matière, on a toujours parlé contre la matière parce qu’on a voulu spiritualiser l’être humain, mais on ne peut pas spiritualiser l’être humain éternellement, éventuellement il faut lui donner une conscience scientifique à l’être humain, et pour qu’il ait une conscience scientifique dans le sens réel du terme, il faut qu’il perde sa spiritualité, à ce moment-là l’Esprit descend dans la matière ! A ce moment-là la matière obéit à l’être humain, c’est-à-dire qu’elle obéit à l’Esprit dans l’être humain, c’est-à-dire qu’elle est régie par les Lois de la Lumière, c’est la prochaine évolution.

Richard Glenn :
Où se termine, et où commence l’Esprit dans la matière, et l’Esprit différencié de la matière qui compose le corps biologique de l’être humain et qui est son esprit ?

Bernard de Montréal :
L’esprit de l’être humain, si nous prenons le corps matériel de l’être humain, le corps vital de l’être humain, le corps mental de l’être humain, le corps émotionnel de l’être humain, ceci fait partie de l’esprit de l’être humain, mais ce n’est pas l’Esprit dans l’être humain, l’esprit de l’être humain c’est l’accumulation de la mémoire d’âme de l’être humain, l’Esprit de l’être humain c’est l’accumulation au cours des cycles de la mémoire d’âme de l’être humain, donc quand l’être humain vit au niveau matériel, vital, astral, mental il ne vit qu’au niveau de la mémoire d’âme, donc c’est l’esprit de l’être humain mais ce n’est pas l’Esprit dans l’être ! Pour qu’il y ait l’Esprit dans l’être il faut qu’il y ait un autre plan, cet autre plan c’est ce que nous appelons la Conscience Supramentale, cet autre plan-là ne peut pas être créé par les mémoires, il ne peut pas être créé par l’Ego, il ne peut être créé que par la Lumière, à travers l’Esprit imposé à l’Ego pour la destruction de l’âme, pour la reformulation de l’Esprit sur un plan Ethérique ou un monde parallèle qu’on appelle le Plan Morontiel ou le monde du double, donc l’être humain doit connaitre parfaitement sa relation, entre l’esprit, l’énergie, la forme, l’âme, la matérialité, la vitalité, l’émotion et le mental afin de pouvoir se constituer en tant qu’être morontiel, c’est-à-dire en tant qu’être possédant son esprit, ne possédant plus l’âme mais étant capable à cause de la force de son esprit de contrôler l’énergie indifférenciée, afin qu’il puisse dans la matière élever sa vibration, le but de l’être humain sur une planète c’est d’élever la vibration de la Planète, c’est d’élever la vibration de la forme, c’est sa fonction à l’être humain, lorsqu’il a fini cette fonction, lorsqu’il a engendré les rouages extrêmement avancés d’une civilisation cosmique, à ce moment-là il peut changer de plan, il peut détruire le corps matériel c’est-à-dire le neutraliser, partir avec son corps morontiel et se joindre à d’autres êtres dans d’autres parties du Cosmos et continuer l’évolution, continuer la construction du Cosmos mais selon des Lois qui sont beaucoup plus perfectionnées.

L’être humain est un scientiste, l’Esprit c’est l’application de la science de la Lumière dans la forme, l’esprit c’est l’application de la science de la Lumière dans la forme, sans l’Esprit la Lumière ne peut pas utiliser la forme, sans l’Esprit la Lumière ne peut pas descendre dans la forme, c’est pourquoi l’esprit a été créé par les esprits de la forme, les esprits de la forme étant des êtres qui étant dans la Lumière, possédaient la capacité de créer la forme afin que cette forme avec le temps puisse être remplie d’Esprit, et c’est avec le mouvement et l’évolution de la conscience atomique sur les plans les plus bas de la création, qu’au cours des âges et des âges et des âges, l’Esprit de la forme fut conçu et que l’être humain pu naître dans le Cosmos, mais, dans les mondes inférieurs de la matière astrale, c’est à partir de ce moment-là que l’être humain est descendu dans le monde, pour goûter à travers l’âme des jeux de la matière, tant sur le plan de la sensorialité que de la sensualité, mais ce n’est pas fini, l’être humain ne peut pas simplement vivre de sensorialité et de sensualité, un jour l’être humain doit vivre de créativité, et ceci veut dire d’application dans la matière des Lois de la Lumière à travers le pouvoir de l’Esprit qui est sien, qui est sien parce qu’il a été capable, par la transformation de ses corps inférieurs, de neutraliser le pouvoir animique de sa conscience pour créer le corps morontiel, qui devient demain son corps réel, ce ne sera plus le corps humain - le corps matériel de l’être humain - qui demain sera important, ce sera son corps morontiel, et lorsqu’il aura fini sur la Terre à cause de sa science, à cause de sa connaissance, de son savoir, de travail, il partira lentement et en paix, donc il ne mourra pas, il laissera simplement derrière son véhicule, au lieu de retourner par la mort au le monde de l’Astral et recommencer des cycles d’évolutions.

Richard Glenn :
L’opinion de certains chercheurs physiciens - dont Jean Charon - essaient de situer la particule personnalisée de chaque être qu’on appelle l’âme, lui appelle ça l’Eon, l’Eon Primordial, dans la biologie du corps, c’est-à-dire que comme vous nous avez défini qu’il y a de l’Esprit dans de la matière, que dans le spermatozoïde, l’ovule, il a fallu qu’il y ait un mécanisme qui enclenche la biologie de tout un corps physique, ils essaient de remettre le doigt eux autres, avec les microscopes invisibles-là, parce que ça va trop loin dans l’infiniment petit, dans la cellule primordiale de l’être, même pas la cellule, l’atome primordial de l’être, qui n’est même pas encore de la matière mais qui est de l’Esprit, êtes-vous d’accord avec cette théorie qu’il y a dans chaque être, la particule non matérielle mais agissant sur la matière, au niveau de la construction complète de l’être, autrement dit l’architecte, l’ingénieur, le contrôleur de l’édification du corps biologique, physique de l’être, se situerait à un endroit, dans l’espace et dans le temps, qui prend possession du corps le temps de le vivre, et quand le corps n’est plus viable, cette particule qui n’est pas matière mais qui est à mi-chemin entre la pureté de l’Esprit et la matière, retourne sur les plans de l’astral comme vous dites. Car tout est un tout, finalement, il n’y a rien qui se… on divise les choses en les descendant mais quand on remonte on les réunifie.

Bernard de Montréal :
L’Esprit, je n’ai rien contre cette façon de voir les choses, l’Esprit… c’est l’Esprit qui crée le véhicule, c’est l’Esprit qui est l’architecte de l’être humain, c’est l’âme qui devient la mesure de la quantité plus ou moins perfectionné du matériel qui doit être utilisé plus tard dans l’incarnation, pour créer des véhicules plus ou moins perfectionnés, vous ne pouvez pas demander à un esprit ou à une âme … parce que pour moi dans le mot âme et Esprit, il y a deux mondes, il y a soit le monde de l’âme soit le monde de l’Esprit pur où il y a le monde de la transition, mais je reviendrais sur ce que je veux expliquer au niveau de l’Esprit.
Mais, derrière la matière, dans le monde de l’antimatière, il existe l’âme, l’âme fait partie du monde de l’antimatière, et dans ce monde de l’antimatière il y a tout le matériel nécessaire à la construction des corps matériels, donc lorsque l’âme a besoin de faire l’expérience sur le plan matériel, elle a besoin d’un corps, elle a besoin d’une nation, d’une culture, d’une race, d’une couleur, d’une famille, donc elle a besoin de la mémoire, donc elle se sert de sa mémoire pour construire les établissements locaux au niveau des neurones, au niveau des cellules, vis-à-vis de l’émotion et du mental, parce que dans l’être humain, toute cellule, tout aspect biologique est très fortement lié à l’activité émotive et mentale, et cette activité émotive et mentale détermine la logistique de l’âme au cours du plan de vie.
Autrement dit, l’âme sait que dans tant d’années, le corps physique ne pourra plus soutenir la pression des tensions créées par l’émotivité et le mental de l’être humain, parce que l’âme sait, connaît son matériel de construction, l’âme en tant qu’architecte sait qu’elle ne peut pas utiliser un meilleur matériel que celui qu’elle a maintenant, parce qu’elle sait que l’être humain n’a pas pu lui donner une plus grande expérience.

Donc au fur et à mesure qu’elle avance dans l’incarnation, dans l’expérience matérielle, elle possède des matériaux de plus en plus perfectionnés, donc, rendu au stage initiatique vous avez un mental, un émotionnel, un vital et un physique qui sont suffisamment perfectionnés pour qu’elle puisse à ce moment-là, commencer à se retirer, c’est-à-dire pour qu’elle puisse laisser sa fonction d’animatrice de programmation, autrement dit, élimination de la mémoire, pour permettre que l’être humain maintenant, au lieu de vivre de mémoire, vive de l’énergie du rayon qui transperce son esprit et qui s’enligne directement avec ses centres moteurs jusque dans la matière. Mais il faut que l’âme, elle, pendant les cycles d’évolution, ait suffisamment d’expériences pour amener l’être humain à ce stage. Donc, effectivement si vous voulez employer le terme de l’Eon, de ce monsieur, c’est normal, c’est bon, on peut expliquer quelque chose de différentes façons, de n’importe quelle façon, du moment que, la science reconnaît, ou établit, ou vise à établir, que l’être humain, ce que nous appelons l’être humain, c’est à dire le matériel, le vital, l’émotion et le mental, n’est qu’une structure, n’est qu’une enveloppe, à l’intérieur de laquelle mais à l’extérieur de laquelle, existe une autre dimensionnalité qu’on appelle l’âme, qui demain deviendra l’Esprit Pur de l’être humain, c’est-à-dire le siège de son intelligence, mais établi au niveau du mental supérieur, non pas au niveau du mental inférieur.

L’être humain ne peut pas vivre son esprit au niveau du mental supérieur, parce qu’au niveau du mental supérieur il est obligé de penser, et lorsqu’il est dans son esprit il n’a pas besoin de penser !
Il est… Il peut communiquer avec son esprit, mais il ne peut pas penser, il n’a pas besoin de penser, le phénomène de la pensée subjective et réflective n’existe pas, parce que l’émotion est déconnectée du mental inférieur, donc à ce moment-là, l’esprit de l’être humain se juxtapose avec le plan mental qui est une autre énergie, qui fait partie de sa conscience supérieure qu’on appelle la Conscience Supramentale si vous voulez, mais qui est le produit de l’action de l’énergie du rayon de l’énergie primordiale à travers cet esprit, pour la fusion avec l’Ego.

Richard Glenn :
Je dirais peut être un sacrilège, mais pourquoi mettre tant d’emphases sur l’importance de l’humain puisque les humains écrasent des fourmis, pourquoi n’y aurait-il pas des êtres supérieurs qui pourraient considérer que l’humain est une fourmi à un autre niveau, et pourquoi nous…

Bernard de Montréal :
L’humain qui se considère fourmi, c’est un humain fourmi ! (Amusements dans la salle)
Alors, ma réponse, elle est brève.
L’être humain… bon, j’essaie de faire passer un message, que ceux qui peuvent le penser, le saisir, le réaliser : l’être humain est à la mesure de ce qu’il peut savoir, autrement dit-là, un humain, un être humain conscient, inconscient, supraconscient, est à la mesure de ce qu’il peut savoir, être à la mesure de ce qu’il peut savoir veut dire être à la mesure de ce qu’il est capable de subir du savoir, être à la mesure de ce qu’il est capable de subir, de supporter du savoir, veut dire être à la mesure de ce qu’il est capable de détruire en lui qui est ignorant, être à la mesure de ce qui est en lui ignorance et sa destruction, est à la mesure de la souffrance qu’il vit, lorsqu’il prend conscience de l’énergie en lui, de la manipulation de cette énergie à travers son esprit à travers son Ego, par l’entremise de ses émotions et de ses pensées, et c’est là, que ce fait la division entre l’humain initié et l’Humain Initié, et ensuite il y a une période de temps, et lorsque l’être humain est suffisamment conscient, initié, réalisé, il est capable de construire, au niveau de son cerveau, par l’entremise de son cerveau, les pensées les plus vastes, les plus inconnues, les plus incompréhensibles, les plus irréalisables, les plus impossibles, et ces pensées sont la fondation de son savoir, ces pensées amènent vers lui une énergie, cette énergie est la même énergie qui construit son corps morontiel.

Donc l’être humain construit son corps morontiel, selon le pouvoir qu’il a, de dépasser les limites de l’âme pour entrer dans la capacité très grande de son esprit d’absorber l’infinitude de la Lumière.
A partir de ce moment-là, selon l’évolution de son esprit, selon la capacité de son esprit, selon la structure de son émotion, de son mental, de son vital, de son physique, il est capable de neutraliser en lui tout ce qui est mémoire, c’est-à-dire tout ce qui est su, lorsqu’il a neutralisé tout ce qui est su, il n’est plus capable de regarder en arrière de lui, il n’est plus capable de s’occuper de ce qui a été dit, il n’est simplement capable que de regarder devant lui, et c’est lui qui parle, et ce qu’il dit devient ce qu’il est, ce qu’il sait, donc ce qu’il dit devient la pierre angulaire de la nouvelle évolution.
Ça, c’est le rôle de l’être humain demain, c’est pour cela que les humains demain, les humains de la 6ème race racine, ne feront pas référence au passé pour construire l’avenir, ils feront référence à ce qu’ils sont maintenant, dans leur propre morontialité, c’est pour cela qu’il créeront des œuvres sur la Terre que les Atlantes n’ont jamais osé et pu imaginer dans les plus grandes expertises de leur conscience astrale.
Parce que l’être humain, l’être humain… c’est difficile de faire comprendre ceci, de transposer ceci à l’être humain, l’humain est un être qui a été pendant l’involution, assujetti, assujetti ! Moi je vous parle, je parle à plusieurs personnes, je ne sais jamais ce que je dis, je ne sais jamais ce que je vais dire, je n’ai aucune mémoire de ce que je dis, je n’ai pas besoin de la mémoire de ce que je dis, et je suis bien, pourquoi ?

Parce que si je parle, ou si je parle avec vous, ou si je parle avec d’autres, je construis au fur et à mesure que je parle ! Et c’est le fait que je construise au fur et à mesure que je parle, que ce que je dis est si difficile à comprendre, non pas parce que c’est difficile à comprendre, mais parce que les humains lorsqu’ils écoutent quelque chose, ils écoutent quelque chose avec la mesure de leur mémoire, ils ne sont pas capables d’écouter quelque chose sans mémoire, donc ils ne sont pas capables d’écouter quelque chose sans essayer de le comprendre, parce qu’ils sont assujettis à leurs pensées subjectives, ils sont assujettis à la mémoire de l’humanité, ils sont assujettis à la philosophie, ils sont assujettis à la culture, ils ne sont pas capables de vivre le vide de leur conscience, donc ils ne sont pas capables de sentir vibratoirement ce que je dis, ils ne sont pas capable de réaliser que ce que je dis, fait partie de ce qu’ils savent ! Donc ils ne sont pas capables de comprendre ce que je dis, ils ne s’attachent qu’à la forme de ce que je dis, et ils font des erreurs monumentales.

Richard Glenn :
Se pourrait-il que des jeunes de 14 ou 15 ans, soient plus proches de l’état d’esprit, que vous avez que des vieux philosophes ?

Bernard de Montréal :
Oui effectivement, parce qu’ils ont moins de mémoire, ils ont moins de mémoire !

Richard Glenn :
Et la fameuse phrase qui disait : « Les premiers seront les derniers, mais les derniers seront les premiers » qu’à notre époque on a des jeunes qui arrivent, qui seront les premiers prêts à la 6ème race.

Bernard de Montréal :
Oui, parce que nos enfants, les enfants, malgré toutes les voies de la conscience, et toutes les turbulences psychologiques de la société, les enfants ont une certaine sensibilité, ils ont quelque chose… il y a des gens âgés aussi, naturellement, mais je parle de la jeune génération, ils ont quelques chose qui est vibrant, ils n’ont pas… ils sont passés par la crise, ils sont passés par la crise du doute du système, ils ont mis le système en doute, ils n’ont pas fait de révolution !

Mais ils ont mis le système en doute ! Et dès qu’ils ont mis le système en doute, ils ont commencé à voir, à sentir, à percevoir en eux quelque chose, et ainsi de suite, donc ces gens-là sont prêts, ils sont…c’est le sel de l’avenir ces jeunes ! Ils ont 14 ans aujourd’hui, demain ils auront 28 ans et ainsi de suite…

Richard Glenn :
Il y en a quand même très peu à travers le monde qui parlent comme Bernard parle, mais ici au Québec on a Bernard, et puis les jeunes ont les cassettes et tout le monde étudie, écoute crée des organisations, des cellules de Supramental ou de pilules supramentales grâce aux cassettes, et on aura une génération prochainement qui va être à l’image de…

Bernard de Montréal :
Je vais vous dire quelque chose d’intéressant sur ceci, ça, ça va rassurer beaucoup de gens :
Au cours des années, j’ai fait 8 ans ! 8 ans ? Au cours des années, les gens qui aujourd’hui sont intéressés au Supramental, seront écoeurés du Supramental, et quand les gens seront écoeurés du Supramental, ils commenceront à être Supramental. Tant qu’ils seront intéressés au supramental ils seront dans la psychologie, dans la recherche spirituelle du Supramental, ils créeront… ils voudront soit faire quelque chose, ou comme vous dites, imiter ma personne ainsi de suite, çà, ça ne me dérange pas, et ça fait partie de leur expérience, et même c’est bon parce que cela leur fait découvrir des choses ainsi de suite, mais je dis, que l’être humain supramental - parce que n’oubliez pas que nous parlons de supramental aujourd’hui, parce que nous sommes obligés de définir quelque chose qui ne se définit pas dans le fond - mais je dis que dans une huitaine d’années, les gens qui aujourd’hui ont les forcenés du supramental, et il y en a dans la salle comme ça… ces gens-là ne sont plus intéressés au supramental, ils seront simplement intéressés à vivre, ils seront intéressés à travailler, à s’occuper de leurs enfants, papapapapapa ! Parce qu’être intéressé au Supramental, c’est une attitude égoïque, c’est une illusion de l’Ego, c’est normal !

L’être humain ne peut pas arriver à quelque chose sans passer par quelque chose, vous ne pouvez pas arrêter, vous ne pouvez pas arriver à la porte sans passer par le plancher, donc la recherche de l’être humain aujourd’hui elle est normale, et que ce soir au niveau de la Conscience Supramentale ou que ce soit au niveau de n’importe quoi, c’est normal que les êtres à cause de leurs mécanismes égoïques, engendrent toutes sortes de choses, mais il faut aussi réaliser que ces êtres sont en voie d’évolution, donc il faut être suffisamment objectif, suffisamment mûr pour voir qu’il y a au moins dans le monde, des gens qui s’intéressent à quelque chose qui dépasse au moins la conscience de leur nombril, alors, c’est dans ce sens-là, mais je sais que au…moi je suis conscient, je suis un homme dans ma peau, je suis… je parle, mais si vous me demandez si je suis intéressé à la Conscience Supramentale, ça ne me dit rien. J’explique la conscience… est-ce que je peux expliquer quelque chose dans le monde sans être intéressé à cette chose d’un point de vue psychologique ? Effectivement ! Moi je suis intéressé à couper mon bois à la maison, à aller voir le cinéma, à manger, à dormir, à me lever, à écrire, mais je ne suis pas intéressé au Supramental, je m’en fous comme de l’an quarante du Supramental ! C’est une forme ! C’est un mot ! C’est un concept ! A l’intérieur duquel on englobe une myriade de mots et d’expressions, pour aider l’être humain à comprendre que demain, il sera conscient et lorsqu’il sera conscient il ne sera plus intéressé au Supramental, il en aura pfffffff ras le bol du supramental !

Richard Glenn :
Comme ça, Bernard de Montréal, même si quelqu’un a écouté toutes vos cassettes, est allé à des séminaires, à des rencontres de salon, vous ne lui donnerez jamais un diplôme.

Bernard de Montréal :
Donner un diplôme à qui ? Au monde ? Quoi ? Vous croyez que je suis fou ? Je suis intéressé à parler ! Je parle. Peut-être que vous, donnerez des diplômes, peut être que celui qui fait une école ou qui parle du supramental donnera un diplôme, peut-être qu’un jour les gens feront de la connerie avec ce que je dis ! Mais ça, ce n’est pas ma faute ! Si les gens un jour donnent des diplômes peut être que je me mettrais une moustache comme vous et que j’irais en chercher un.
(Rires et applaudissements du public).

Richard Glenn :
Merci Bernard de Montréal, rendez-vous dans un mois

ΩΩΩΩΩΩΩ