Bernard de Montréal

Richard Glenn

La conscience (1ère partie)


Richard Glenn :
Novembre 1983, avec Bernard de Montréal, le sujet de la conférence au Cégep Maisonneuve est la Conscience. Bonsoir Bernard, vous êtes bien Bernard de Montréal parce que vous lui ressemblez ?

Bernard de Montréal :
Oui je lui ressemble, oui.

Richard Glenn :
Dans la forme de ce personnage physique, que tout le monde voit, et dont on pourrait tous témoigner comme étant Bernard de Montréal, il n’y a rien qui nous assure, qu’effectivement celui qu’on voit présentement est Bernard de Montréal, tout ce que je peux dire présentement est que vous ressemblez à Bernard de Montréal.

Bernard de Montréal :
C’est aussi bon que de ressembler à Richard Glenn... (Rires dans la salle)

Richard Glenn :
La différence, c’est que moi je me sens… j’ai conscience d’être Richard Glenn, alors pouvez-vous me situer ce qu’on appelle la conscience ?

Bernard de Montréal :
C’est un sujet très intéressant la conscience, mais avant de vous situer : Qu’est-ce qu’on appelle la conscience ? je vais faire une mise au point.
Dans le passé… c’est à vous que je parle… excusez-moi, dans le passé de l’humanité, dans le passé de l’humanité pendant l’involution, on a dit que l’être humain avait une âme, qu’il avait aussi un corps matériel, autrement dit, il avait en lui, ou ce qui faisait l’humain, c’était une composante de deux choses, l’âme ou son esprit et le corps matériel.

Dans l’évolution, dans les temps qui viennent, dans les siècles qui viennent, l’être humain possèdera une autre dimension, une autre… comment on pourrait appeler ça… il possèdera une autre dimension, il aura le corps, il aura l’âme ou l’esprit, mais il aura aussi la Lumière, donc l’alliance ou la descente de la Lumière dans l’esprit et dans l’humain, formera ce qu’on appelle la conscience. Donc l’être humain auparavant avait une conscience planétaire, une conscience inférieure qui était faite de l’expérience qui était le produit accumulatif de l’expérience de son âme, de son esprit, mais ce n’est pas suffisant, parce que l’esprit de l’humain était prisonnier de ses sens, donc son esprit était coloré par ses sens, donc l’être humain était inconscient, c’est-à-dire qu’il était un mort-vivant, ou il avait une conscience simplement planétaire, dans les temps qui viennent l’être humain aura une conscience réelle, ou une supraconscience, parce qu’il n’aura pas simplement le corps matériel et l’esprit, mais il aura en fusion avec cet esprit, ce qu’on appelle de la Lumière, c’est-à-dire de l’Intelligence Universelle.

Richard Glenn :
Mais pouvez-vous justement me définir ce que vous appelez la conscience ? Dans le mot conscience il y a con… science.

Bernard de Montréal :
Conscience… on peut définir le mot conscience de différentes façons, mais, dans le cadre de l’instruction que j’impacte, le mot conscience veut dire la science de l’Intelligence à travers l’esprit pour le bénéfice de l’Ego.
Donc un être humain conscient, c’est un humain qui possède un esprit dont le rapport avec l’Ego n’est plus soutenu par la mémoire ou l’expérience antérieure, mais est soutenu directement par le rayon de la création, donc ce rapport-là qui crée ce qu’on appelle une fusion donne à l’être humain une Conscience Réelle, c’est-à-dire une conscience évolutive qui n’est pas conditionnée par les facteurs planétaires de son inconscience, mais qui est conditionné par le rapport parfait entre cette Lumière, ce rayon, l’esprit qui est prêt à la recevoir, et l’Ego qui est suffisamment solide pour la capter.

Richard Glenn :
Est-ce que cette définition là convient à ce que vous appelez la conscience planétaire ou ça définit bien la conscience supramentale, ce que vous venez de dire ?

Bernard de Montréal :
Oui, ça définit la conscience supramentale, ça définit la Conscience Cosmique éventuelle, la conscience planétaire c’est la conscience que possèdent les masses aujourd’hui, l’être humain, de la 5ème race racine.

Richard Glenn :
(Problème de son) Il y a une conscience comme la conscience minérale, il y a la conscience végétale, il y a la conscience animale, il y a la conscience planétaire, il y a la conscience astrale... Définissez-moi la conscience en dehors de la définition de la conscience supramentale, que vous nous avez faite tantôt, s’il vous plait.

Bernard de Montréal :
Définir la conscience en dehors de quoi ?

Richard Glenn :
D’une façon plus générale que de la limiter à la conscience, à la définition, que vous avez donnée tantôt-là, pour le supramental, mais, qu’est-ce que c’est que la conscience ?

Bernard de Montréal :
De la conscience en général ? Bon.
De la conscience, universellement c’est de l’énergie, qui a besoin d’un support pour se manifester. Donc, une énergie qui a besoin d’un support pour se manifester, sur le plan minéral manifeste de la conscience minérale, une énergie qui se manifeste sur le plan de la plante, sur le plan végétal, est une énergie de conscience plantaire, végétative ou végétale, la même chose au niveau des animaux, la même chose au niveau de l’être humain inconscient, la même chose au niveau de l’être humain conscient, la même chose au niveau de l’immortel, la même chose au niveau de l’éternel, donc de la conscience, c’est simplement de l’énergie.

Là où l’être humain doit comprendre, et faire une étude profonde de sa relation avec cette énergie, et ça, ça s’adresse à tous les êtres humains de la Terre qui sont arrivés à un certain niveau d’évolution spirituelle, c’est de réaliser, de constater, et de savoir avec certitude, que de la conscience, ce n’est pas quelque chose qui s’imprime dans l’être humain d’une façon gratuite, mais c’est quelque chose qui fait partie de l’être humain, lorsqu’il en a compris les Lois, autrement dit un être humain qui recevrait cette énergie ou un être humain qui reçoit cette énergie, ou les humains qui recevront dans le temps cette énergie, et qui ne seront pas encore habitués à en comprendre les Lois feront énormément d’erreurs, autrement dit ils feront des erreurs d’adaptation à cette énergie, donc ils feront des erreurs de conscience, et ils feront des erreurs d’adaptation parce qu’il y aura en eux trop de spiritualité, ils n’auront pas compris parfaitement la relation entre cette énergie-là, et le travail qu’elle fait sur les corps subtils de l’être humain, sur le plan émotionnel, sur le plan mental et donc les êtres humains à cause de leur mémoire, auront tendance à penser que la Conscience Supramentale c’est une conscience qui descend dans l’être humain et qui se place dans l’être humain avec facilité et qui donne à l’être humain un produit quelconque d’elle-même et ce n’est pas ceci. C’est une erreur !

Ce sera une erreur interprétative, ce sera une erreur expérientielle de l’être humain et ce sera une erreur qui créera dans la vie de l’être humain de la souffrance. Autrement dit, de la conscience, universellement parlant, c’est de l’énergie qui contient à la fois les Principes Universels de l’Intelligence, de la Volonté, de l’Amour et d’autres principes qui ne sont pas exécutés dans notre cosmos. Donc pour que l’être humain connaisse la Volonté, l’Intelligence et l’Amour en tant que Principes Universels de cette Energie, il faut que lui-même sur le plan de son esprit soit capable de comprendre, d’être en résonance avec les aspects plus inférieurs de l’Intelligence, de la Volonté et de l’Amour qui font partie de son expérience antérieure en tant qu’esprit.

Donc les humains de demain, qui véhiculeront sur la Terre, un plus grand Principe de l’Amour, un plus grand Principe de l’Intelligence, un plus grand Principe de la Volonté parce qu’ils auront une conscience supérieure, seront obligés avec le temps, de réaliser que leur conscience antérieure et leur conscience subséquente, sont deux consciences totalement différentes, une, faisant partie de son expérience, de la mémoire de l’âme, et l’autre faisant partie de la pénétration de cette énergie-là dans la nature humaine, pour amener l’humain à une résonance cosmique, pour amener l’être humain à un degré d’évolution qui coïncide éventuellement avec les autres étapes de son évolution, qui sont l’immortalité et éventuellement l’éternité.

Richard Glenn :
On parle souvent de plans de conscience, de niveaux de conscience, je vous ferais une remarque Bernard de Montréal, ne prenez pas ça mal, mais la remarque est revenue souvent depuis des années en conférence, où vous utilisez le mot homme lorsque vous voulez parler de l’humain. Alors moi je dis que c’est un niveau de conscience qui ne permet pas de passer d’un niveau limité à… encore comme dans le passé : dire l’homme quand on veut parler aussi bien de l’homme et de la femme, plutôt que d’utiliser le mot humain, et là je dis c’est un niveau de conscience, c’est une conscience de… alors pouvez-vous nous situer ce que l’on appelle les plans de conscience ou les niveaux de conscience sans tout le temps sauter de l’autre côté de la clôture sur le supramental et puis l’homme de demain, puis l’avenir, parlons de l’humain d’aujourd’hui, homme et femme et les niveaux de conscience, et les plans de conscience.

Bernard de Montréal :
Les niveaux de conscience… le mot niveau de conscience c’est un terme qui est purement conceptuel, parler de niveau de conscience cela n’a absolument rien à faire avec la Conscience Cosmique, c’est de la philosophie !

Parler de niveau de conscience, pour l’être humain par exemple, s’il parle de niveau de conscience, il fait simplement référence à des étapes psychologiques, où il lui convient psychologiquement, de faire référence philosophique à des étapes métaphysiques de sa pénétration de la réalité, mais ceci fait toujours partie de son Ego et fait toujours partie de sa curiosité mentale. Les niveaux de conscience, le mot niveau de conscience n’a aucune importance et n’a aucune substance chez un être ou pour un être qui est conscient, parce que chez un être qui est conscient ou pour un être qui est conscient, la divisibilité de la conscience n’existe pas, les études ou les échelles comparatives de la conscience n’existent pas, bon, prenons un exemple un peu primitif-là : Prenons le cas de l’animal, prenons le cas de la plante, prenons le cas du minéral, ce sont des couches de conscience, des états d’esprit, ce sont des états d’esprit parce que la conscience c’est de l’esprit, qu’elle soit solide ou non, ce sont des états d’esprit qui ont des valeurs relatives selon la fonction biologique, minérale, plantaire qu’elles ont, en relation avec les données du royaume à l’intérieur desquelles ils sont juxtaposés pour une convention collective d’évolution.

Sur le plan de l’être humain, dès que l’humain vient dans le monde et qu’il perd contact avec cette énergie qui se situe dans l’histoire humaine avant Adam, il y a automatiquement une prise de conscience subjective, psychologique, au début fondée sur le développement du corps astral, ensuite fondée sur le développement du corps mental inférieur qui donne à la 5ème race racine le pouvoir intellectuel du rationalisme.
Et ensuite vous avez une nouvelle étape où l’être humain se voit déchiré dans cette expérience, où l’énergie qui descend et qui pénètre son esprit fait éclater sa mémoire, réduit sa capacité de penser en tant qu’être humain normal, pour lui donner une vaste capacité d’absorption d’énergie qui automatiquement, synthétiquement, instantanément, s’ajuste au niveau de ses neurones pour lui donner une réflexion et une vue globale sur ce qu’il sait, sur ce qu’il doit savoir, sur ce qu’il doit être, sur ce qu’il doit créer, ceci fait partie de la Conscience Cosmique.

Donc la période de transition ou la période plutôt courte sur l’échelle de l’évolution, où l’être humain prend conscience des plans ou de la divisibilité des étapes de la conscience, ça fait partie de la période de l’involution où l’humain devait développer un Ego et ce sera totalement éteint automatiquement lorsque l’humain entrera dans une conscience supérieure, parce que si… C’est très intéressant que vous me demandiez cette question-là, parce que ça m’amène à parler de quelque chose que je trouve assez intéressant : Nous croyons, nous les humains, parce que nous avons la faculté de penser, nous croyons que la faculté de penser est un instrument absolument essentiel de notre organisation cérébrale, et la faculté de penser n’est pas une fonction essentielle de notre faculté cérébrale, elle est simplement une faculté temporaire qui est implantée dans l’humain par des Intelligences qui sont déjà en évolution sur des plans parallèles, mais dont l’humain est totalement inconscient, d’ailleurs c’est la fondation même de ce que je dis dans les séminaires que je donne, je dis que la clef à la conscientisation de l’humain, à l’ouverture de l’humain vers la Conscience Cosmique, elle est fondé sur un principe seulement : C’est celui pour l’être humain, de réaliser que ce n’est pas lui qui pense !

Donc si l’humain réalise que ce n’est pas lui qui pense, automatiquement il change sur le plan de sa conscience, il passe à une autre étape de l’évolution, mais l’humain en général n’est pas capable de se donner au niveau de son Ego, au niveau de sa pensée, la capacité de réaliser que ce n’est pas lui qui pense, parce que déjà ceci fait partie d’un autre niveau de conscience, c’est lorsque l’humain réalise ceci qu’il entre dans ce qu’on appelle la Conscience Universelle, mais avec un très grand nombre de trébuchages, avec un très grand nombre d’obstacles, avec un très grand nombre de faux pas, parce qu’il n’est pas habitué à comprendre la raison et la nature de la pensée et pourquoi la pensée existe dans l’humain. Pourquoi ? Avez-vous déjà pensé pourquoi la pensée existe dans l’être humain ? La pensée existe dans l’humain simplement pour une raison :
Pour lui permettre de développer certains aspects de son cerveau, qui demain seront utilisés pour une programmation au niveau de l’énergie cosmique, permettant à cet être humain de pouvoir communiquer instantanément avec toutes les échelles de la conscience intégrée dans les royaume du cosmos local, donc demain, l’être humain à cause de la réorganisation neuronique de son cerveau, pourra communiquer avec la plante, le végétal, avec l’animal, le minéral, avec l’être humain et il pourra communiquer avec ce qu’on appelle les surhommes des autres galaxies que vous appelez communément les extraterrestres mais pourquoi pourra-t-il le faire ?

Parce qu’il n’aura plus en lui la capacité de penser, ce qui coupe l’être humain, ce qui l’empêche de dépasser les limites de sa spacio-temporalité c’est qu’il pense, si l’être humain n’était pas capable de penser, si l’être humain était dans le vide total, il pourrait déjà développer des tendances naturelles qui font partie déjà de la nature de son esprit, et entrer en contact avec les mondes parallèles, vous avez fait des expériences vous, il y a d’autres personnes qui ont fait des expériences dans des bains flottants, dans des espaces suffisamment réduits mais très intenses au niveau vibratoire où ils ont vécus une dislocation du corps astral avec leur corps matériel, autrement dit, aussitôt que l’être humain est coupé au niveau de ses sens, il vit une autre expérience de conscience.
Lorsque l’être humain est coupé au niveau de sa pensée, il est dans la conscience.
Un être humain qui ne peut pas penser, il est conscient.

Donc, être conscient ce n’est pas une constatation philosophique, ce n’est pas une mesure ou une échelle comparative ou divisive de plans de conscience, être conscient c’est une intégralité qui permet à l’être humain de vivre à la fois dans le présent, dans le passé et dans l’avenir selon le besoin de l’énergie qui est en lui, et qui lui dicte à cause de sa perfection l’acheminement de son évolution, et donc l’acheminement de l’évolution du cosmos en général.
Donc c’est très important pour l’être humain de comprendre ceci, les écoles ésotériques, les écoles philosophiques Orientales et Occidentales, ont voulu pour des raisons qui faisaient déjà partie de la faiblesse psychologique et philosophique de l’entretien spirituel de ces écoles, ont voulu donner à l’être humain une programmation, un tableau de l’évolution possible parce que l’être humain possédait déjà un corps de désir, donc l’être humain voulait franchir des étapes, et c’était bon pour lui qu’il sente qu’il passe du 1er, 2ème, 3ème, 4ème, 5ème, 13ème degré, ça lui donnait une certaine motivation, mais lorsque l’être humain entre dans la Conscience Cosmique, autrement dit lorsque la Conscience Cosmique se fait sentir chez lui, tout ce fonctionnalisme psychologique, spirituel, catégorique, disparaît, et l’être humain n’est plus intéressé, il n’a plus la conscience des plans, il est conscience et il a la capacité de véhiculer cette conscience sur les plans, selon son besoin, selon l’organisation psychologique de son matériel psychique avec l’énergie qui est en lui, autrement dit ce qu’on peut appeler la Force, c’est ça la nouvelle évolution, c’est un peu ça la réponse.

Richard Glenn :
Quand vous dites tantôt que l’être humain de demain pourra entrer en communication avec la plante, l’animal ou le végétal ou le minéral, ce sera avec quoi dans le minéral, avec quoi dans le végétal, qu’il va entrer en contact ou en communication ?

Bernard de Montréal :
Il entrera en communication sur ces plans-là avec la conscience atomique de son propre double, l’être humain… bon, je veux replacer certaines choses, vous savez quand on a une maison il faut changer les meubles de place, sans ça, ça devient plat, bon alors c’est la même chose au niveau de la métaphysique, au niveau du savoir, au niveau de la conscience créative, il faut replacer les choses une fois qu’on les a bien utilisées, alors, il faut comprendre aujourd’hui que l’âme, ce que nous appelons l’âme, ce que les égyptiens ont appelé le ka, l’âme un jour doit être détruite c’est-à-dire que la mémoire - parce que l’âme c’est une mémoire - elle doit être neutralisée, une fois qu’elle est neutralisée cette mémoire, son énergie sert à la création de ce qu’on appelle un double, un double ce n’est pas le double astral, un double c’est la conscience atomique, minéral, végétal, animal, mental, supramental d’un être humain futur, du surhumain, de l’être humain de demain, bon, alors ce double étant à la fois minéral, végétal, animal, mental, humain et supra humain, ce double peut automatiquement être en syntonisation vibratoire avec les plans, donc si un humain veut avoir conscience de ce qu’est la conscience d’une abeille, il se sert de son double pour être en syntonicité avec cette conscience vibratoire qui est la conscience de l’abeille, comme le fait-il ? Il le fait simplement par la volonté, parce que le double n’est pas une forme telle que nous le croyons.

Le double est une consistance énergétique, qui est à la mesure de la volonté, donc c’est la volonté de l’être humain qui donne au double sa mesure, si le double a besoin d’être intégré dans un espace petit, automatiquement le double rejoint la conscience atomique de cet espace, si le double a besoin d’avoir un espace plus grand selon la volonté de l’être humain automatiquement il rejoint cet espace, pourquoi ? Parce que lorsque l’être humain est en fusion, qu’il a une conscience cosmique, sa volonté, son intelligence, ce n’est plus la volonté de l’Ego, ce n’est plus l’intelligence de l’Ego, son amour ce n’est plus l’amour de l’Ego, donc c’est quoi ?
Ce sont trois Principes Cosmiques Universels, réunis en lui, pour lui permettre d’exécuter sur le plan où il est, la Volonté, l’Intelligence et l’Amour de ces principes, donc nous revenons si nous voulons toucher un peu aux écoles ésotériques, nous revenons à l’énergie indifférenciée. L’énergie indifférenciée c’est une énergie qui ne s’appartient que lorsqu’elle est révolue, c’est-à-dire que l’énergie indifférenciée de l’Amour, de la Volonté et de l’Intelligence doit être reçue dans des systèmes psychiques pour être manifestée dans le cosmos, afin qu’elle fasse un travail, l’énergie indifférenciée pour qu’elle soit utile dans le cosmos, l’énergie indifférenciée pour qu’elle puisse créer dans le cosmos, il faut qu’elle soit reçue, et l’être humain est un être qui aujourd’hui est prêt à la recevoir, mais étant prêt à la recevoir il ne la reçoit pas sur la base de sa psychologie égoïque, il la reçoit sur le principe de la fusion, c’est-à-dire qu’il la reçoit parce que déjà son esprit a tété emmagasiné de cette énergie, et son ego a été pressurisé par cette énergie pour pouvoir répondre émotivement, mentalement, vitalement et physiquement aux demandes de cette énergie.

Donc l’être humain qui veut être en contact avec les plans de la création, peut être en contact avec ces plans-là, non pas selon les lois de son Ego, mais selon les lois de l’énergie, et comme il est fusionné, il est un avec elle, donc la création, les œuvres de la création et quand je parle des œuvres de la création, je parle des activités occultes sur ces plans. Les Intelligences qui s’occupent du minéral, celles qui s’occupent du plantaire, celles qui s’occupent de l’animal, de l’être humain ainsi de suite, l’être humain est capable d’entrer en contact avec ces Intelligences et de connaitre les secrets de ces plans, parce qu’il est en contact avec des Intelligence qui dirigent l’évolution de ces plans, donc tout est ouvert à l’être humain, il devient si voulez un magicien, c’est un mot qui est barbare, mais l’être humain devient un scientiste et l’être humain de demain, le surhumain, celui de la 6ème, 7ème race racine, l’être humain Jupitérien sera un être humain qui aura la commande de l’énergie, donc il aura la commande de la nature, donc il sera un être créateur.

Richard Glenn :
Quand vous dites que l’être humain entrera, qu’il fera, celui de la 6ème race, ça veut donc dire que présentement il est privé de cette communication avec le reste de la création, est-ce que c’est par déchéance qu’il en est privé, ou est-ce que c’est parce qu’il n’est pas encore assez évolué ?

Bernard de Montréal :
Il en est privé parce qu’il devait développer un Ego, l’être humain devait développer un Ego et c’est normal, si un humain développe un Ego c’est normal qu’il se coupe de la Création, un être humain ne peut pas développer un Ego et être en contact avec le Rayon de la Création, parce que le Rayon de la Création lorsqu’il entre en contact avec les plans, que ce soit celui de l’animal ou de la plante ou de l’être humain, il gère !

Le Rayon de la Création, le mot le dit, il gère la Création, il gère l’évolution, mais si pendant une période quelconque, il est nécessaire que certains êtres très développés comme l’être humain, puissent prendre une certaine conscience, même si c’est une conscience planétaire, pour éventuellement recevoir ce Rayon-là, mais d’une façon consciente, il faut que l’être humain soit outillé, donc l’être humain a besoin d’un Ego, donc il a besoin d’un plan mental inférieur, donc il a besoin de la faculté de penser, c’est ce qui est arrivé, alors ce n’est pas une déchéance, c’est une nécessité cosmique, nous les humains avons tendance à toujours penser en terme de déchéance, nous avons tendance à toujours penser en terme de mal, nous avons tendance toujours à penser en terme de bien, nous ne sommes pas capables de constater les choses en dehors de la polarité du bien et du mal, et ça ce n’est pas bon, parce que ça nous force à prendre conscience de quelque chose qui moralement, émotivement nous abat, au lieu de nous donner une substance supérieure qui est l’Intelligence Supramentale, et qui nous libère de cette polarité.

Richard Glenn :
C’est que ça faisait allusion un peu, à ce que l’on entend dans la Bible par « au Paradis, Adam et Eve étaient en communication directe avec toute la création »

Bernard de Montréal :
Mais oui, c’est ce que je disais tout à l’heure, au Paradis… avant, avant la rupture, avant le contact, avant que l’être humain commence son involution, qu’il commence le développement de son corps mental, qu’il s’intéresse à la connaissance, qu’il descende ses yeux vers la Terre, il était en contact avec les Forces, mais l’être humain a perdu ce contact avec les Forces, mais il devait perdre le contact avec ces forces pour développer l’Ego !

Si l’être humain n’avait jamais perdu contact avec les Forces, il n’y aurait pas un être humain de la race racine, il n’y aurait pas un être humain qui sur le plan matériel, aurait la capacité de maintenir la tension de cette énergie dans son corps matériel, parce qu’avant ceci, l’être humain serait demeuré à un niveau éthérique, autrement dit l’être humain n’aurait pas existé en tant que tel, il aurait été simplement un objet, un objet, contrôlé par ces Forces, parce qu’avant Adam, l’être humain était un objet contrôlé par les Forces, il n’a jamais pu contrôler les Forces, il était un objet contrôlé par les Forces et il était un objet docile de la Création, quand il a commencé sa période de déchéance comme vous l’appelez, à ce moment-là il a commencé à développer l’Ego, et ensuite, avec la 6ème évolution qui commence, l’être humain maintenant qu’il a un ego, qu’il a une certaine intelligence, il est capable de commencer à contrôler ces Forces, parce que l’être humain un jour devra contrôler ces Forces, parce que si l’être humain ne contrôle pas sur le plan matériel les Forces de la Création, il ne sera jamais un créateur, il sera simplement un être à travers lequel passent les forces, pour éclabousser, pour remplir le monde mais il ne sera jamais un créateur, les humains avant Adam, n’étaient pas des créateurs, c’étaient des êtres parfaitement harmonisés aux Forces, demain, l’être humain sera un créateur, donc demain il pourra amener sur la Terre, travailler avec d’autres Intelligences pour créer sur cette planète une nouvelle science, une nouvelle civilisation, dans le temps passé il n’y avait pas de science sur la Terre, il y avait simplement une harmonie parfaite entre le rayon et l’être humain, demain il y aura sur la Terre une science.
(Coupure d’enregistrement)
Quel est le phénomène qui a ?

Richard Glenn :
Introduit l’Ego. À partir d’un beau jour, l’être humain a développé un Ego vous dites.

Bernard de Montréal :
Bon… l’être humain a développé l’Ego quand les circuits universels ont été coupés avec Adam.
Adam était dans une situation propice, Adam était un être qui avait contact direct avec les circuits universels, lorsque ces circuits universels ont été coupés avec qui voulez-vous qu’il parle ?
Il faut être en contact mental, télépathique avec ces circuits, pour réaliser la grande solitude qui se produit chez l’être humain, lorsque ces circuits sont coupés !

Regardez les Atlantes ! Les Atlantes travaillaient le jour et dormaient la nuit, et c’est la nuit qu’ils allaient, qu’ils entraient en contact et allaient chercher de la connaissance, non pas le jour ! Donc l’être humain est obligé, s’il n’a pas la faculté de communiquer avec les circuits universels, il est obligé quelque part dans le temps, de s’approprier quelque chose, donc l’être humain s’est approprié la faculté de penser, mais, quand il a commencé à penser, il n’a pas pensé avec les pensées créatives des circuits universels, il a commencé à penser avec les pensées qui étaient émises à partir de ce qu’on appelle les plans astraux, donc quand l’être humain a commencé à penser, les pensées qui lui venaient à la tête étaient déjà formulées par le monde de la mort, c’était dans le monde de la mort que les pensées venaient à l’être humain, ce n’était pas des pensées qui venaient de ce qu’on appelle la Hiérarchie ou des plans supérieurs de l’évolution, et depuis ce temps-là, jusqu’à la fin du 20ème siècle l’être humain pense avec les pensées, en général, qui viennent du monde de la mort, sur les hauts plan du monde de la mort ou sur les bas plans du monde de la mort.

Si l’être humain vit la folie, il pense avec des pensées qui viennent des bas plans du monde de la mort, s’il a des pensées créatives, artistiques, musicales, papapapapapa scientifiques, ce sont des pensées qui viennent du haut plan du monde de la mort, parce que l’être humain quand il est dans la mort, il travaille, il y a dans le monde de la mort des archives extraordinaires, tout est contenu dans le monde de la mort, il y a du matériel au niveau de la pensée, parce que le monde de la pensée dans le monde de la mort, c’est un monde… c’est… la pensée dans le monde de la mort c’est aussi réel que les meubles dans le monde l’être humain, donc dans le monde de la mort il y a des pensées qui pourraient servir à l’humanité pendant des siècles, il y a du matériel en masse pour être canaliser vers l’être humain, donc l’être humain jusqu’à la fin du 20ème siècle n’a jamais pensé des pensées qui étaient les siennes ! Il a toujours pensé, pensé, et il a toujours pensé des pensées qui venaient d’Intelligences sur les plans de la mort, qui étaient des Intelligences venant soit du monde de la mort de la Terre, ou qui venaient du monde de la mort dans d’autres parties de la Galaxie. Donc l’être humain n’a jamais été libre dans ses pensées, c’est pourquoi l’être humain a été constamment obligé pendant des siècle, voir même des millénaires, à subir, à vivre, à absorber, les opinions de l’humain, demandez à un Ego dans le monde, d’exprimer une pensée qui est foncièrement sienne, dans un environnement ou dans un médium qui est public, vous verrez que l’Ego ne veut pas, ne peut pas, ou a beaucoup de difficultés à exprimer dans le monde une pensée qui est totalement sienne, pourquoi ?
Parce qu’une pensée qui est totalement sienne, est une pensée créative, donc elle vient des plans supérieurs de l’être humain, et elle n’est pas contaminée par l’Astral, donc automatiquement qu’est-ce qu’elle fait dans le monde de l’humain ? Elle détruit, elle réarrange ! Et qu’est-ce qu’elle fait dans le monde de l’Astral ? Elle trouble ! Un être humain qui est moindrement… moi je le sais par mon expérience, je trouble constamment l’Astral, je suis haï, je suis détesté par l’Astral, pourquoi ?
Parce que je trouble l’Astral ! Parce que dès que je dis quelque chose, dès que je lance dans le monde de l’humain des idées qui ne viennent pas du monde de l’Astral, j’empêche le monde de l’Astral de troubler le monde de l’humain, donc je suis détesté et c’est normal, et c’est très bien ainsi, parce que l’être humain un jour doit en arriver à créer ses propres pensées, et je vais vous dire comment on fait :

Pour que l’être humain crée ses propres pensées, il faut qu’il ait pris conscience quelque part dans le temps que ce n’est pas lui qui pense. Quand il a pris conscience que ce n’est pas lui qui pense, quand il a pris conscience des stupidités dans son mental, là, il commence à faire la différence entre ce qui est intelligent dans son mental et ce qui est stupide dans son mental, et petit à petit il met de côté, il met de côté, il met de côté, éventuellement il ne reste que ce qui est intelligent dans son mental, et ce qui est intelligent dans son mental éventuellement disparaît, donc un jour l’être conscient n’a même plus besoin de communication dans son mental, il n’a simplement qu’à parler, il n’a simplement qu’à écrire, il n’a simplement qu’à édifier dans le monde, et il y a une correspondance totale entre l’énergie, l’esprit et son Ego. C’est ça, la nouvelle évolution.

Donc, tant que l’être humain est assujetti à la pensée, tant qu’il est obligé de recevoir de la communication, il n’est pas capable de vivre dans le vide, et c’est ça le problème de l’être humain, il n’est pas capable de vivre le vide du mental, il essaie, il fait de la méditation ainsi de suite, mais ça revient, le lendemain il continue à penser, donc pour que l’être humain perde la faculté de penser, ce n’est pas l’humain qui peut lui faire perdre cette faculté de penser, c’est le rayon, c’est ça la fusion. Donc l’être humain entre dans une conscience supérieure, une conscience nette, une conscience… la prochaine, qui vient.

Richard Glenn :
Avec ce que vous dites là, vous feriez peur aux psychologues, aux psychiatres, à tous les gens…

Bernard de Montréal :
Je vais même vous dire une chose, je ne fais pas peur aux psychologues, au contraire, ce que je dis, ce que je dis aujourd’hui qui fait partie de la psychologie de l’esprit, qui fait partie de la psychologie de l’être humain, de la pensée, c’est du matériel, qui, vu, saisi, pris, étudié, par un fin psychologue, peut faire de lui un très intelligent psychologue.

Richard Glenn :
Parce que le psychologue va vous dire : « Ecoutez, vous conseillez aux gens donc d’arrêter de penser ? ».

Bernard de Montréal :
Non ! Non ! Non ! Non ! Les gens ne savent pas comment je parle, les gens ne comprennent pas comment je parle, les gens essaient d’interpréter ce que je dis comme ils essaient d’interpréter ce que les humains disent, je ne parle pas comme les humains parlent, donc il ne faut pas m’interpréter ou essayer de me comprendre comme on essaie de comprendre les autres !
Pour me comprendre il ne faut pas essayer de me comprendre, si on essaie de me comprendre, on ne me comprend pas, parce que je ne parle pas à l’intellect, donc je déjoue, je déjoue, je déjoue, je mets… j’épuise l’intellect, je le fatigue… je l’écœure l’intellect, je travaille avec lui contre lui pendant 10 ans, 15 ans, 20 ans, je le mets à terre l’intellect pour que l’être humain en arrive éventuellement dans son intelligence, donc il ne faut pas quand je dis quelque chose me prendre au poil, il ne faut pas prendre les mots comme ils sortent de ma bouche, et il faut les prendre vibratoirement, c’est-à-dire qu’il faut les saisir au niveau de son esprit, de son intelligence, à ce moment-là je suis très facile à comprendre.

Richard Glenn :
Parce que la petite règle que vous avez établie tantôt, comment apprendre à ne pas penser, à se laisser pénétrer par l’énergie, a amené des gens en psychiatrie…

Bernard de Montréal :
Non, non, non ! Il ne s’agit pas d’apprendre !
Il y a des clefs à l‘évolution, il y a des clefs, il y a des Lois ! Il y a une loi, il y a une loi fondamentale que l’être humain comprendra, et réalisera avec le temps, que la première Loi : Ce n’est pas lui qui pense, tant que l’humain n’aura pas réalisé…vous savez ? Les gens n’ont pas besoin de venir dans mes séminaires pour prendre conscience de quelque chose, les gens, par exemple ont besoin de savoir quelque chose, et les gens ont besoin de savoir d’abord, que tout se fait par étapes, et que d’abord l’être humain doit réaliser que c’est pas lui qui pense, parce que s’il ne réalise pas que ce n’est pas lui qui pense, il pense qu’il pense et automatiquement il est coupé de son intelligence, il est coupé, et ensuite une fois qu’il a réalisé ceci, il avance, il avance, il avance et un jour vient le temps où il n’a plus besoin de communication, donc il n’a plus besoin de penser, donc il devient automatiquement créatif, c’est un travail de très longue haleine, ça fait partie de la nouvelle évolution.

Richard Glenn :
Bon, alors pour poursuivre ce que je vous disais tantôt, c’est que des gens qui ne pensent plus, ou qui écoutent ce que "ça" dit, ou ceux qui se laissent pénétrer de ces idées, un beau jour ils capotent.

Bernard de Montréal :
Bon, très intéressant. (Amusements dans la salle)
Les gens qui… les gens… ce sont des étapes. L’être humain inconscient pense, il pense qu’il pense, il ne capote pas. Ok ? L’être humain qui se conscientise, l’humain spirituel, celui qui va dans les écoles ésotériques, l’être humain qui entend la petite voix, là, il commence à prendre conscience, et ça va plus loin que ça… il ne s’agit pas simplement d’écouter la petite voix ! Il s’agit de réaliser le rapport entre soi-même et la petite voix, réaliser ensuite les mensonges de la petite voix, et ensuite éliminer aussi la petite voix, pour qu’il ne reste que le vide, mais ce n’est pas ce qui se fait, les gens… l’humain inconscient, il n’est pas conscient du phénomène de l’illusion qu’il pense qu’il pense, donc lui il n’y a pas de problème, ah ! Mais tout d’un coup il perd sa femme ! Sa femme elle meurt ! Il a un choc ! Il a un choc dans le plexus solaire, ah ! Là il commence à entendre la petite voix…

Ah la folie ? La folie… les psychologues le réalisent aujourd’hui ? Les psychologues réalisent aujourd’hui qu’il y a de plus en plus de gens qui entendent des voix, et puis ce n’est pas fini, ça commence ! Demain la maladie mentale ce sera la maladie des petites voix ! (Rires dans la salle)
Alors on commence là dernièrement à réaliser ceci, à constater ceci, bon… Alors l’être humain inconscient s’il a un choc-là, il peut vivre la petite voix, et éventuellement on sait ce qui se produit, l’être humain conscient par exemple, l’humain spirituel il entend la petite voix, mais il l’aime, il l’aime lui, c’est la petite voix, elle est fine la petite voix, sa conscience, papapapapa !

Il s’entretient avec la petite voix mais comme il est spirituel, déjà il a un point de vue qui est plus élargi que l’être humain qui est inconscient, donc lui au lieu de capoter avec la petite voix, il entretient, il entretient, mais le problème, c’est que peut-être qu’il a une petite voix qui vient du haut astral et peut-être qu’il a une petite voix qui vient des bas-fonds de l’Astral, ça, il ne sait pas !
Et un jour il découvre, donc un jour il doit réaliser où se situe la petite voix, si elle est bonne, si elle est créative, si elle est intelligente, ou si elle est basse et si elle est infâme, et ensuite vient l’autre étape, lorsqu’il a réalisé qu’il n’a plus besoin de petite voix ! Parce qu’il y a intégration entre l’énergie, son esprit et son ego, c’est pour cela que le développement de la conscience supramentale sur la terre, ce ne sera pas aussi facile que le pensent ceux qui lisent les grandes œuvres d’Aurobindo. Le grand Aurobindo a fait le tableau de la psychologie supramentale, de la pensée supramentale, il a prophétisé la pensée supramentale dans le monde ! Prophétiser la pensée supramentale dans le monde, et l’expliquer en expliquer la psychologie, les mécanismes, les dangers, les bons côtés, les aspects créatifs, toute l’évolution, c’est une autre chose….

Donc l’être humain doit faire attention et prendre garde de ne pas se faire leurrer par le petit doigt ! Je préfère un humain inconscient qui n’est pas fatigué par le petit doigt, qu’un humain qui est conscient et qui se fait jouer par le petit doigt et qui se fait leurrer par le petit doigt, il y a des gens dans le monde qui sont inconscients et qui sont merveilleux ! Ne leur parle pas du petit doigt, ils ne sont pas intéressés par le petit doigt, ils ont leurs pensées, il y a un équilibre dans la voix, mais aussitôt que l’humain se spiritualise-là, on dirait qu’il se passe en lui quelque chose, un déclic ! Et il doit aller au-delà du déclic, et c’est là que l’humain est rendu aujourd’hui, l’humain doit constater et réaliser que la communication interne c’est très bon, mais que ce n’est pas fini, c’est le début de la conscience supramentale, ce n’est pas la fin ! C’est le début !

Richard Glenn :
Est-ce que le niveau d’instruction est en parallèle avec le degré de pénétration ? La personne qui se contente d’aller manger, dormir, heu…faire l’amour, c’est tout, et l’autre qui sort d’une université, qui a cherché, qui a trifouillé dans la matière, dans l’esprit de l’être humain, dans… parce que je reviens à l’étymologie du mot conscience, conscience ça veut dire con qui va avec, la science, donc la petite voix elle intéresse celui qui commence à se poser des questions, celui qui ne se pose pas de questions - sauf qui va être le gardien de but du Canada demain soir ? -Est-ce que c’est en parallèle ? Est-ce que par le fait que la planète est en train de se scientiser, la conscientisation va se faire en même temps ?

Bernard de Montréal :
Moui… Effectivement qu’elle va se faire en même temps !
Seulement elle va se faire à une petite échelle, je vais vous dire une chose, je regrette de le dire mais il faut que je le dise, il faut que l’humanité crève psychologiquement, pour que la conscience descende sur la Terre. Autrement dit, il faut que l’humanité - quand je parle de l’humanité je parle de l’humanité dans un sens très général - il faut que les humains sur la terre, vivent un traumatisme pour que descende cette énergie, parce que lorsque les humains sont entourés, sont dans la matière, autrement dit lorsque les humains font les Romains, il n’y a pas de place pour la conscience. Donc il faut qu’il y ait des évènements dans le monde qui troublent l’esprit de l’humain, qui insécurisent l’humain, et à ce moment-là il ouvre, il s’ouvre à son esprit, il s’ouvre intérieurement, c’est ce qu’il va se produire, mais parmi tous les humains de la Terre il y en a qui sont plus sensibles que d’autres, il y a des humains sur la Terre qui ne viennent pas de la Terre, qui viennent d‘autres civilisations, donc il y a des humains sur la Terre qui sont prêts à cette énergie, et tout être humain quelque soit sa position dans le monde, son éducation, son statut social, tout humain qui est prêt à cette énergie la recevra, en sera conscientisé, en sera présent dans l’esprit lorsque le temps viendra, parce que la conscientisation de la race racine , ce n’est pas le produit de l’effort personnel, c’est l’actualisation dans un temps particulier, vis à vis de l’esprit d’un humain, en conjonction avec son plan de vie, dans tel pays, dans telle station de vie, donc ça n’a rien à faire avec la spiritualisation ou l’effort spirituel de l’humain, tout, même tout ceci, fait partie d’un mouvement global dont l’humain est inconscient.

Les êtres qui cherchent aujourd’hui, les êtres qui se spiritualisent aujourd’hui, ça fait partie déjà du travail à un certain niveau, de cette énergie, mais ce ne sont pas ces êtres qui se spiritualisent dans le monde qui vont nécessairement vivre la Conscience Cosmique, il ne faut pas s’imaginer que parce qu’on recherche la Conscience, qu’on vivra et qu’on connaîtra nécessairement la Conscience, parce que l’énergie sait, connaît les limites de l’esprit de l’être humain. Donc un esprit qui n’est pas prêt dans une vie le sera dans une autre, son expérience dans une vie le préparera à une autre, donc les humains sur la Terre qui vivront de cette énergie, ils sont dans un nombre très petit, très petit, très petit… Entre 100 et 200 000 personnes.

Richard Glenn :
Les 144 000 justes…

Bernard de Montréal :
Ça c’est comme vous voulez. Moi je dis entre 100 et 200, je n’aime pas les chiffres précis, mais… qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ?

Richard Glenn :
Je pourrais peut être vous amener sur le pas de celui qui un beau jour voyant la fin du temps de l’involution de l’humanité sera investi de pouvoirs extraordinaires par le bas astral, et aura des pouvoirs pour influencer justement les autres, la petite voix va lui parler très fort, mais cette petite voix-là sera une grosse voix qui va venir du bas astral, voulant encore conserver ou en un dernier effort pour conserver…

Bernard de Montréal :
Oui, mais c’est la fin le bas astral !
Nous arrivons à la fin d’un cycle, tous les voyants, tous les gens qui ont une perception extrasensorielle de l’involution et de l’évolution, ces gens-là, de l’Orient ou de l’Occident, savent, même ceux qui font de la magie noire ! Ceux qui font partie des cercles sataniques savent que ça tire à sa fin, ça tire à sa fin ! Moi j’ai eu une discussion il y a un couple d’années, avec des gens qui faisaient de la magie noire à Londres, et on m’a dit d’une façon très ferme : « Le pouvoir satanique il finit à la fin du cycle, lorsque l’autre vient. ». C’est fini !
Donc il y aura certainement une manifestation à la fin du cycle, d’ailleurs c’est déjà commencé, une grande manifestation plus ou moins couverte de ces activités sataniques, et selon les rythmes, selon les engagements, selon les lieux auxquels nous appartenons, nous les verrons d’une façon plus brutale, mais ça ne peut pas durer, c’est la fin ! L’Astral est à sa fin !!

L’activité de pouvoir de l’Astral sur l’être humain est à sa fin, mais le combat est à son maximum, et l’être humain est la victime, c’est normal, et l’être humain étant la victime sera utilisé au niveau de ses formes, de sa mémoire, autrement dit… je vais vous donner un exemple :
Si vous, par exemple, vous, supposons que vous allez à l’église le matin, que vous êtes bon catholique, que votre Saint favori soit St Jean Baptiste ou… je ne sais pas moi, Ste Cunégonde, je ne sais pas, alors les formes, seront utilisées contre vous, autrement dit, les Forces Sataniques utiliseront ce qui est de plus sacré dans le canon Romain pour les catholiques, donc les Forces Sataniques utiliseront le Christ pour troubler l’esprit de l’être humain, ils utiliseront ce qui est saint, ce qui a été sanctifié par l’Eglise pour troubler l’être humain, parce que ces Forces sont complètement en dehors du pouvoir psychologique de l’être humain, ce sont simplement les humains qui connaissent, et qui comprennent les Lois de la forme, qui verront et qui seront capables de voir à travers leur jeu.

C’est pour cela que je cite souvent en public le cas de ce type, en Italie ou à Boston ou en Angleterre, qui se fait dire que c’est le Christ qui lui a dit de tuer les prostituées à Londres, ou de déchirer les œuvres merveilleuse des peintres au Vatican, c’est le Christ !
Alors imaginez-vous, qu’un être humain qui se fait dire ça par la petite voix… Elle vient d’où la petite voix ? Elle vient de l’astral. Donc cette petite voix fait partie justement de la résonance de la folie dans l’être humain, et si l’être humain n’a pas un esprit suffisamment puissant, s’il n’a pas un esprit suffisamment salubre, il peut facilement tomber, c’est pour cela que l’ésotérisme, c’est une littérature qui est à la fois très avantageuse pour l’humain, mais aussi très dangereuse pour l’humain, l’ésotérisme c’est merveilleux pour celui qui est fort, celui qui est capable d’entrer dans des sentiers un peu ténébreux, qui ne sont pas parfaitement compris, mais s’il a l’esprit fort, il pourra, parce que lorsque… vous savez ce que c’est que d’avoir un esprit fort ?

Avoir un esprit fort, c’est déjà avoir un peu de Lumière, de cette Lumière dedans !
C’est ça, avoir un esprit fort, donc il y a des humains qui ont déjà cet esprit fort, bon je vous prends comme exemple parce que vous êtes dans le public, vous avez un esprit suffisamment fort, vous, pour ne pas être trop, trop heu… influençable, vous avez une certaine centricité, vous avez une certaine force interne qui est votre protection ainsi de suite et c’est ça qui vous permet de rencontrer différentes personnes, papapapapapa, et de donner le privilège à une population de rentrer en contact avec différentes personnalités, mais quels sont les gens dans le monde qui ont cet esprit, et qui s’aventurent dans l’ésotérisme, et qui ne sont pas troublés par l’ésotérisme ?
Ils sont très peu en nombre, et c’est pour cela qu’il faut un jour faire comprendre, surtout à ceux qui sont "ésotériques" les dangers de l’Astral à travers l’ésotérisme.

Richard Glenn :
Au tout début de la soirée, vous nous avez parlé que le prochain corps de l’humain sera un corps de Lumière, qui s’ajoutera aux autres, pouvez-vous nous en parler ? Parce que déjà, il est en germe en chacun de nous présentement.

Bernard de Montréal :
Oui, ce corps-là, ce double, on peut l’appeler le double, ce double sera un double parfait de l’être humain, autrement dit, il aura la forme du dernier corps physique utilisé par l’esprit sur le plan matériel, autrement dit, l’être humain qui fusionne et qui vit de ce double, il a, ce double, la forme de son dernier corps matériel, il y a une impression parfaite des plans les plus subtils aux plans les plus bas de l’esprit, donc la matière étant le plan le plus bas de l’esprit, le corps vital, le corps émotionnel, le corps mental, tous ces corps, tous ces aspects qui font à la fois la personnalité physique et la personnalité psychologique de l’être humain, seront retrouvés dans ce double, parce que tout est mémoire. Le corps physique projette dans l’espace-temps et sur les autres plans, de l’énergie, le corps physique c’est un corps en radiation donc il imprime, le corps vital, le corps émotionnel, le corps mental c’est la même chose, aussitôt qu’il y a une l’activité, et il y a toujours de l’activité chez l’être humain, donc tout est imprimé sur les autres plans, tout est collecté au niveau de l’énergie et tout est revenu, retenu et redonné à l’être humain, lorsque la mémoire, l’énergie de la mémoire qui est très grande chez l’être humain, a été transmutée en énergie pure, pour la construction de ce double. Parce que dans le phénomène de l’esprit, il y a une particularité, ce que nous considérons ou ce que nous avons considéré dans le passé comme de l’esprit, c’était simplement notre âme, dans le nouveau cycle ce n’est plus… l’esprit de l’être humain ne sera plus véhiculé ou perçu par l’être humain comme auparavant.

Lorsque l’être humain percevait son esprit auparavant ou lorsqu’il percevait son âme, il la percevait par le phénomène de la mémoire, il la percevait par le phénomène de la réflection, dans l’évolution qui vient, l’être humain ne pourra plus percevoir son esprit ou son ancienne âme par le phénomène de la réflection, donc comment l’être humain percevra-t-il son esprit ? Il percevra son esprit en le voyant, et comment le verra-t-il ? Il le verra en sortant de son corps matériel, donc en sortant de son corps matériel l’être humain verra son esprit, en voyant son esprit il connaîtra son esprit, il saura son esprit, il connaîtra le statut morontiel et universel de son esprit, il saura pourquoi il est sur la Terre, il saura ce qu’il a à faire parce que son esprit sera totalement de la mémoire, parce que son esprit contiendra à la fois la mémoire du matériel, du vital, de l’astral et du mental et en plus, il aura la connexion avec la Lumière qui est une mémoire totale, globale du Cosmos, donc il aura une mémoire parfaite, donc l’être humain se saura parfaitement, il connaîtra parfaitement ses origines, il connaîtra parfaitement son avenir, et il sera à ce moment-là, un immortel.

Richard Glenn :
Mais alors ? Comment pourra-t-il encore être individualisé par rapport à l’autre à côté de lui ?

Bernard de Montréal :
Il sera individualisé par le taux vibratoire de sa Lumière, il ne sera pas individualisé par la réflexion psychologique de son savoir, amené au niveau de la mémoire, c’est le taux vibratoire de sa Lumière qui lui donnera son individualité, si vous, vous étiez sur ce plan et moi sur ce plan je vous reconnais par votre vibration, c’est votre vibration ! Alors de cette vibration, je sais que c’est tel bonhomme qu’on appelle sur le plan matériel : Richard Glenn !

Donc c’est le taux vibratoire de la Lumière de ce corps, de ce double, de ce corps morontiel qui sera l’individualité de cet humain, et ce qui est intéressant au niveau de l’individualité, de l’identité, c’est que la Lumière lorsqu’elle descend, elle a un taux vibratoire Universel la Lumière, aussitôt qu’elle entre dans l’esprit elle doit se fondre avec lui, donc la Lumière ne peut pas, elle est indifférenciée, donc elle ne peut pas la Lumière lorsqu’elle descend dans l’esprit, maintenir son taux vibratoire, donc elle descend toujours au taux vibratoire de l’esprit, descendant au taux vibratoire de l’esprit elle se communique à lui, et automatiquement étant universelle et étant dans les autres corps morontiels, chaque humain peut reconnaître l’autre, parce que tous les humains sont dans cette Lumière, donc tous les humains ont la fréquence exacte de la conscience matérialisée de cette Lumière qu’on appelle de l’esprit. De l’esprit c’est de la conscience matérialisée de la Lumière, donc les humains auront instantanément la vertu de reconnaître leurs amis, de reconnaître ceux qu’ils ont aimé et ainsi de suite, et ceux avec lesquels ils doivent travailler, ce sera aussi instantané que la faculté de se reconnaître sur le plan matériel.

Richard Glenn :
Donc, autrement dit, au début de la soirée quand je faisais peut-être une présentation un petit peu drôle en disant : « Bon êtes-vous bien Bernard de Montréal, parce que mes yeux, mes sens , mes émotions, ma mémoire me rappellent que le corps physique qui ressemble à Bernard de Montréal devant moi, est peut être Bernard de Montréal, mais il n’y a rien qui me le confirme, mais si on était déjà rendu à la 6ème race, je n’aurais qu’à m’arrêter une seconde de penser, je réaliserais consciemment, par la vision de ce que vous êtes en dedans de vous, votre taux vibratoire, qu’effectivement c’est Bernard de Montréal qui est là devant moi.

Bernard de Montréal :
Très juste, très juste.

Richard Glenn :
Bon ben, on peut se replacer maintenant.
Bernard de Montréal, maintenant que je suis sûr que c’est lui, la raison de ces conférences qui nous amènent sur le pas, ou sur le seuil comme dirait Teilhard de Chardin, d’un nouveau cycle, est-ce que c’est justement pour aider à la conscience, pour alimenter le taux vibratoire qui existe en chacun des êtres humains qui vous écoutent.

Bernard de Montréal :
Il y a plusieurs raisons… il y a plusieurs raisons pour ces conférences, il y a des raisons qui sont voilées, il y a des raisons qui sont d’un ordre explicatif, il est absolument essentiel que les humains connaissent, vivent la manifestation de la Conscience Supramentale à travers un ou plusieurs personnages, pour permettre que cette conscience éclate sur le plan humain, donc il faut qu’il se crée dans l’éther humain une énergie quelconque, alors cette énergie se crée dans la Province de Québec pour des raisons qui sont encore d’un autre ordre, mais il faut qu’il y ait une manifestation sur le plan humain, pour que l’humain soit préparé, il faut qu’il vive une certaine préparation, et cette préparation est de longue haleine, il y a beaucoup d’aspects concernant cette conscience ou la descente si vous voulez, de la Conscience Supramentale sur le plan humain, il y a beaucoup d’aspect qui doivent et qui seront reconnus avec les années, c’est-à-dire que l’humain doit savoir certaines choses, il ne peut pas savoir certaines choses par lui-même, il doit savoir certaines choses par d’autres personnes , moi j’en suis un , il y en a certainement d’autres, alors l’être humain, une fois qu’il sait certaines choses, s’il a la vibration, automatiquement il reconnaît certaines choses, et ceci l’amène petit à petit à développer une conscience, c’est-à-dire un taux vibratoire, qui est différent de celui de la masse ambiante, donc cette instruction elle est dans le monde, elle doit continuer dans le monde, elle doit passer les frontières, et elle fait son travail lentement.

Richard Glenn :
Je dois ici témoigner d’une chose : C’est que jamais, en 7 ans de conférences, Bernard ne s’est préparé, ou nous ne nous sommes préparés à ce que nous faisons.

ΩΩΩΩΩΩΩ